Belgique : Dany et José dans l’embarras

Suite aux dernières élections belges, Daniel Cohn-Bendit a qualifié d’«identitaire et conservateur» les votes en faveur des nationalistes flamands de la N-VA et des francophones du PS. Il a estimé qu’ils «reflètent un problème d’anxiété des sociétés, qui ont des réactions et des votes identitaires. C’est ce que j’appelle la culture Ligue Lombarde ou « comment se protéger face aux problèmes de la mondialisation »». Un eurodéputé socialiste belge, Marc Tarabella, a immédiatement dénoncé les commentaires du chef de groupe écologiste, en lui lançant : « Balaie devant ta porte cher collègue, la N-VA fait partie de ton groupe au Parlement Européen. » Le journaliste de Libération Jean Quatremer, quelque peu décontenancé par cette alliance des écologistes et de la N-VA, a contacté Cohn-Bendit à ce sujet. Surprise, le journaliste explique que Cohn-Bendit « maintient ses propos et ne voit aucun problème à siéger avec les régionalistes ». Le chef des écologistes européens a ainsi déclaré : « sur 80 % des votes, on est d’accord » et « ce sont des Européens, certes régionalistes, mais des Européens. On a des désaccords, tout comme les socialistes européens, certains soutenant Barosso (…) et d’autres non ». Le même jour, Cohn-Bendit persistait à l’AFP, indiquant « qu’il se sentait libre de dénoncer le conservatisme au sein de ses propres troupes ».

Pourtant, comme le note le journaliste de Libé, le malaise est perceptible. Car à côté des propos de Cohn-Bendit, il y a aussi ceux du député Europe Ecologie François Alfonsi. Il a en effet jugé que la victoire de la N-VA constituait un « succès éclatant » ouvrant la voie à « l’élargissement intérieur » de l’Union Européenne. Et il n’a pas hésité à faire l’éloge du « parti de Bart de Wever, le très charismatique dirigeant de N-VA » : « Dans la période actuelle, N-VA et Bart de Wever apportent chaque jour la preuve de leur sens politique, déjouant leurs détracteurs, et inscrivant leur détermination fondamentale dans une démarche souple et pleine d’intelligence politique. N-VA a pris désormais un poids considérable, en Flandre certes, mais aussi pour l’ensemble de la Belgique car il sera incontournable dans les futurs équilibres gouvernementaux. » En revanche, pour les autres députés européens d’Europe Ecologie, il y a un silence assourdissant à propos de la victoire de leurs alliés politiques. Notamment José Bové, toujours en pointe pour défendre l’autonomie des minorités. Quand on pense que Bové avait refusé de venir aux Université d’été des Verts en 2006 en raison de la présence de Nicolas Hulot, en disant « Je ne discute pas avec des écolos de droite », et qu’il se retrouve en train de siéger aux côtés des flamingants qui sont à la droite de la droite, il vaut sans doute mieux qu’il se fasse discret sur ce sujet…

Sources

email
Commentaires
  1. Clair de lune
  2. Laurent Berthod
  3. tovaritch