PS et UMP : les grandes manœuvres agricoles

On a beaucoup parlé de la récente opération de séduction du PS vis-à-vis du monde agricole. En présentant « 25 propositions pour une révolution agricole et alimentaire », le 14 juin dernier à Jalogny, prés de Cluny, Martine Aubry et Germinal Peiro, secrétaire national du PS à l’agriculture, veulent récupérer les voix des agriculteurs. Belle opportunité en effet : c’est un boulevard qui s’ouvre devant le PS. L’UMP est en plein bourbier avec le monde agricole. La cote de Sarkozy est en berne chez les paysans. Signe d’un malaise profond, la presse agricole ne mâche pas ses mots à l’image de la Vendée agricole du 11 juin dernier qui publie en Une : « Bruno Le Maire : champion du monde des annonces ». Autre signe intéressant, La Marne agricole du 4 juin publie in extenso la lettre de Jean-Louis Borloo adressée à tous les Préfets de France pour vanter les mérites du Grenelle de l’environnement. Et le journal de titrer : « la provocation du cabinet Borloo ». La rédaction reprend les 8 points essentiels de ce courrier et qualifie de « présentation trompeuse » la missive du Ministre du Développement durable. « Est-ce de la méconnaissance, de l’indifférence ou tout simplement de la bêtise de la part du Ministre qui est complètement déconnecté du monde agricole ? » tonne le journal. Les Préfets, représentants de l’Etat sont donc prévenus.  Au lieu de lire le Nouvel Observateur et d’écouter l’émission écolo-bobo « Service public » sur France inter, les conseillers de Jean-Louis Borloo feraient mieux de prendre connaissance de la presse de terrain. C’est beaucoup plus instructif pour mesurer ce que ressentent les « vrais gens » ! Martine Aubry la bien saisit, elle qui a affirmé lundi dernier à Cluny : « on ne pas continuer à insulter plus longtemps les agriculteurs ».  Moralité : les attaques constantes sur l’agriculture conventionnelle, le PS ne veut plus les endosser… Reste que les verts sont des amis très embarrassants pour siphonner le vote agricole…

Lors de la visite d’une ferme expérimentale en Saône-et-Loire lundi dernier, Germinal Peirot a réussi un tour de force : réunir toutes les organisations agricoles. Les Jeunes agriculteurs, la FNSEA, la Confédération paysanne, la Coordination rurale et la MODEF, tous, ont écouté attentivement les propositions socialistes.  Selon les agriculteurs présents, on a même senti, une certaine unité syndicale derrière les propos du PS… L’inquiétude du parti de gauche sur l’avenir de l’agriculture est palpable. «  Y aura-t-il encore des paysans en France dans 10 ans ? » se sont interrogés les socialistes soucieux de l’indépendance alimentaire et de la gestion des territoires.

Face à une UMP bien maladroite et sans vision pour le monde agricole, le PS semble avancer avec une approche réaliste. Erik Orsenna qui a pris la parole devant ce noble aréopage n’a pas été sifflé quand il a défendu le recours aux engrais, pesticides et même aux les OGM.

Mais des efforts restent à accomplir du côté du PS pour réussir à capter l’électorat agricole.  Sur les plantes transgéniques, Germinal Peiro continue de les pourfendre. Et on aimerait savoir ce que signifie, lorsque l’on lit les 25 propositions du PS, «  relocaliser l’économie agricole », « rompre avec l’utilisation systématique de pesticides, d’engrais, le gaspillage de l’eau et des énergies fossiles », « généraliser tous les systèmes d’agriculture durable, comme le bio ».

Pardon, ce sont de gros efforts que le PS doit encore accomplir. Il faut rompre avec l’idéologie verte. Sinon la Marne agricole et toute la presse agricole départementale n’hésiteront pas à titrer un jour : « les délires socialistes en matière agricole ».

email
Commentaires
  1. daniel
  2. Alzine
  3. Laurent Berthod
  4. kelenborn