Célibaterre

Les militants « bios » et écologiste ont, eux aussi, leurs sites de rencontre en ligne. On ne vous apprend rien. C’est au tour de Rue 89 de s’y intéresser… Panorama non-exhaustif des principaux acteurs de ce juteux marché aux Etats-Unis et en France.

Earth Wise Singles (en ligne depuis 2004) est peut-être le plus « New-Age » des sites de rencontre certifiés vert : il s’adresse aux « amis de la Mère Terre » à la recherche d’une relation « de longue durée » et autres défenseurs de la thérapie holistique. Son concurrent Green Passions montre en page d’accueil un homme serrant dans ses bras un tronc d’arbre. En attendant mieux… Il y a aussi Green Singles, tendance écolo… « gay-friendly » (avec en page d’accueil deux femmes qui se donnent la main). Très militant, Planet Earth Singles précise quant à lui reverser « 10% de ses bénéfices » à Greenpeace & Cie et regorge de propositions pour écolos célibataires : « Environmentally Conscious Dating », « Eco Conscious Dating », « Yoga Dating », « Animal Rights Dating », « Conscious Single Dating ». De nombreux inscrits seraient bouddhistes… Enfin, pour les hippies revendiqués en quête « d’amour, de paix,de liberté, d’harmonie et de bonheur » soucieux du « bien-être de la planête », reste Lovepeace.com. A ne pas confondre avec LovePeace.ch, le site de rencontre de Greenpeace lancé il y a deux ans avec l’objectif affiché de séduire… de nouveaux adhérents. Une version francophone est annoncée pour bientôt.

En France justement, seul Amours-Bio fait parler de lui. On nous répondra que ça n’est pas la quantité qui compte, mais la qualité. Le site de rencontre vous apâte en ces termes :

Et si la femme ou l’homme de votre vie se trouvait là, en même temps que vous, sur Amours Bio, moment magique et bio [sic], ne dit-on pas que le hasard n’existe pas ?

« They had a dream »

Il propose entre autres un « Green chat » pour rencontrer « un végétarien » ou, même, qui sait, « un agriculteur ».

Devant de tels projets d’alliance… contre-nature, certains écolos en perdent leur latin. Nos confrères de Greenzer croient par exemple savoir que ces sites permettent de « [trouver] une oreille attentive et pourquoi pas un(e) partenaire pour lutter contre la sauvegarde des ours polaires« .

Pas certain d’ailleurs que la majorité des inscrit(e)s recherchent un(e) militante acharnée des droits de la planète, comme en témoignent ces propos d’une internaute dépitée :

« Je suis une fille célibataire de Seattle, où l’on pourrait croire qu’il serait facile de trouver un partenaire concerné par l’écologie, qui ne serait pas un rabat-joie permanent. Je cherche juste un chouette type impliqué !

Ben non, je ne trouve pas. A chaque fois que je tombe sur un mec conscient de l’importance de diminuer son empreinte carbone, il s’avère que ce type est un donneur de leçon insupportable. »

Si même les écologistes jugent les militants écologistes « insupportables » et « donneurs de leçons »…

« Jusqu’au bout de la nuit »

Pour les écolos célibataires les plus jusqu’au-boutistes (les vrais de vrais), restent ces quelques options pour le moins radicales présentées par Grist (« le New York Times de l’environnement » selon la journaliste française Hélène Crié-Wiesner) :

« Si vous désirez vraiment diminuer avec vos émissions de carbone, vous devez “dater” exclusivement en ligne, et ne jamais rencontrer la personne pour de bon. Vous serez sûre, ainsi, de ne pas dépenser d’énergie en transport, et de ne jamais procréer. »

Et encore, c’est oublier l’énergie nécessaire au fonctionnement de l’ordinateur… Décidément, « l’écolo quittera son père et sa mère et s’attachera à la Terre, restera donc célibataire ».

email
Commentaires
  1. Datingwatch
  2. nounours