Le Monde au secours du GIEC

Dans son édition datée d’aujourd’hui, Le Monde vole au secours du GIEC, attaqué de toutes parts par la presse britannique suite à l’affaire du Climategate. En page 2 du grand quotidien du soir, le journaliste Stéphane Foucart ne cache pas ses sentiments pour le Groupe Intergouvernemental d’Experts sur l’Evolution du Climat.

« Pas un jour, ou presque, ne passe sans que de nouvelles « révélations » sur le GIEC et les sciences du climat ne soient portées avec fracas à la « une » des quotidiens britanniques. L’offensive, ouverte par la presse conservatrice, est désormais reprise par les quotidiens de centre gauche. »

Voilà ce qui embête Stéphane Foucart : la dépolitisation de ceux qui, parce qu’ils dérangent, ont été catalogués comme « climato-sceptiques ».

Pourtant, on pourrait rejoindre le journaliste du Monde lorsqu’il explique que « dans les accusations qui pleuvent sur les experts du climat, le vrai voisine avec le faux et la science se mêle à l’idéologie. » « Idéologie », le mot est lâché mais pour dénoncer « un cocktail qui n’a pas fini de ternir l’image du GIEC ». C’est là que la proximité d’analyse avec Stéphane Foucart s’interrompt. Il semble possible de parler d’« idéologie », mais pourquoi l’attribuer aux seuls climato-sceptiques ? Derrière la machine de guerre qu’est le GIEC, pourquoi ne peut-on pas parler aussi d’idéologie ? Pourquoi toute remise en question, qu’elle qu’en soit la teneur, est systématiquement écartée et considérée comme suspecte ?

Le Monde vole ainsi au secours du GIEC mais aussi de ses membres, à commencer par son président, Rajendra Pachauri (Inde). Ce dernier serait « accusé d’habiter un quartier huppé d la capitale indienne, de porter des costumes trop coûteux, de disposer d’une Toyota Corolla d’une cylindrée de 1800 cm3 » etc… Et Stéphane Foucart de nous expliquer que « ses seuls revenus sont le salaire mensuel versé par le TERI (The Energy ans Resources Institute) – fixé à 190 000 roupies indiennes ,(2960 euros) » et « que ses costumes ne lui coûtent guère que 2200 roupies (35 euros). » M. Pachauri n’est donc pas un nanti à en croire les conversions en euros données par Le Monde. Sauf que lorsqu’un costume (portée par le Président du GIEC) ne coûte que 35 euros, un salaire de près de 3000 euros offre en Inde un certain pouvoir d’achat…

Mais la question n’est pas là. Tout cela relève de l’anecdote. Il s’agit plutôt de s’interroger sur la motivation du Monde de partir en guerre contre le Climategate et de lancer une croisade en faveur du GIEC à l’heure où l’existence et l’origine du changement climatique restent encore en grande partie mystérieuse… C’est cet angle-là que nous aurions aimé voir traité par un quotidien tel que Le Monde, plutôt que de faire couler de l’encre sur des anecdotes sans intérêt.

email
Commentaires
  1. Laurent Berthod
  2. zygomar
  3. floyd
  4. rageous
  5. Astre Noir
  6. Laurent
  7. Laurent
  8. Dany
  9. Dany
  10. daniel
  11. Laurent
  12. Laurent
  13. daniel
  14. MON810
  15. Laurent
  16. daniel
  17. kelenborn
  18. Araucan
  19. Dany
  20. pecqror