En attendant l’échec de Copenhague

Le terrorisme intellectuel de Greenpeace continue…

« Je suis désolée. Nous aurions pu stopper le catastrophique changement du climat… Nous ne l’avons pas fait. » C’est une Angela Merkel aux cheveux poivre-sel vieillie et désabusée, un  brin cynique qui est représentée à côté de la déclaration choc… datée de 2020. Donc inventée. L’affiche est placardée à l’aéroport de Copenhague où se tient dans quelques jours le sommet.

Greenpeace est une fois de plus en train de réussir à faire parler d’elle, mais il se pourrait que, comme pour leur coup de force à l’Assemblée nationale (nos articles ici et ), cette affiche soit celle de trop. Pour cette organisation, le temps de la démocratie est fini : « Act now, change the future » ordonne-t-elle. On est en plein dans le « totalitarisme » dénoncé par Claude Allègre : « Je pense pour vous donc je vous interdis ! ».

Ces actions virulentes ont le mérite de prouver à quel point les lobbies verts et tous ceux qui ont fait de l’écologie un business lucratif craignent un échec à Copenhague. Ce alors que le « Climategate » commence à semer le doute sur la réalité du réchauffement et de ses causes anthropiques : le nombre d’Américains y croyant était d’ailleurs en chute libre (57% y croient, contre 71% en octobre 2008. 36% pensent que l’homme y est pour quelque chose, contre 47% il y a un an) avant même que ce scandale, très peu relayé par les médias français, n’éclate.

Terroriser la population et les élus, c’est le seul moyen pour Greenpeace de tenter d’inverser la tendance…

email
Commentaires
  1. Laurent Berthod
  2. Daniel
  3. Le Paysan
  4. izarn
  5. Astre Noir
  6. floyd
  7. rageous