Pour José Bové, justice = vengeance

Le député français au Parlement européen, membre d’Europe Ecologie et nouveau vice-président de la commission agriculture du Parlement européen, a été condamné mercredi en appel à un an de prison avec sursis et 18 mois de mise à l’épreuve pour une action anti-OGM menée en novembre 2006 dans le sud de la Gironde. Une peine inférieure à celle réclamée par le parquet, qui avait requis lors de l’audience du 23 septembre dernier, huit mois de prison ferme et quatre ans de privation des droits civiques.

La peine prononcée en deuxième instance à Bordeaux «n’aura pas d’incidence sur l’immunité parlementaire» de José Bové, a confirmé son avocate, Me Marie-Christine Etelin. Absent à l’audience, il a été condamné à payer 12 000 euros d’amende.

Bové l’incompris…

José Bové a estimé avec son culot habituel que ce procès était «décalé» et qu’il était «condamné pour avoir eu raison trop tôt». La moustache serait-elle l’avenir de l’humanité ? Selon ce multi-récidiviste, l’action visant à rendre impropres à la consommation 2 000 tonnes de maïs transgénique qui se trouvaient dans un silo en y versant du brou de noix visait à dénoncer le fait que la France n’avait pas de législation sur les OGM, en infraction avec une directive européenne. Depuis, un moratoire a été décrété en France sur les cultures transgéniques. Sous la pression des lobbies écologistes dont la Confédération paysanne fait partie et sans qu’un vrai débat de société puisse avoir lieu. Il le reconnaît à demi-mot :

«Nous avons été légitimés dans nos actions par la réalité. Et aujourd’hui, ce sont ceux qui ont permis cette avancée [sic!]qui sont condamnés».

C’est-à-dire lui et 11 autres “faucheurs volontaires” condamnés à trois mois de prison avec sursis. Une drôle de conception de la démocratie où des minorités conscientisées et très actives feraient la loi…

José Bové a cinq jours pour former un pourvoi en cassation. Ironique (mais un peu paranoïaque), il a déclaré : «C’est à se demander si les magistrats de Bordeaux ne viennent pas de mettre un bulletin de vote dans l’urne! Je me demande s’il n’y a pas derrière tout ça la volonté de se venger des bons résultats d’Europe Ecologie aux élections…»

En première instance, le propriétaire du silo avait été condamné à payer 9 600 euros d’amende pour avoir tiré des coups de fusil… en l’air ! Il a été relaxé en appel, au motif de la légitime défense.

email
Commentaires
  1. zardoz
  2. Laurent 2
  3. Zygomar
  4. Astre Noir
  5. Astre Noir
  6. Laurent 2
  7. Cultilandes
  8. Astre Noir