OGM : « casse tête judiciaire »

C’est le résumé selon Le Monde de l’affaire Azelvandre, du nom du militant anti-OGM qui avait saccagé 70 pieds de vignes OGM sur le site de l’Inra de Colmar. Cet essai devait permettre d’évaluer en champ l’efficacité d’un porte-greffe capable de résister à la maladie virale du court noué.

Cette affaire avait à l’époque été largement condamnée par l’ensemble des acteurs (politique, association de protection de l’environnement…). Mais voilà, FNE a mené une action en justice pour annuler l’autorisation de conduire cet essai. Et le tribunal administratif de Strasbourg vient d’annuler cette autorisation. Les Verts d’Alsace ont donc demandé la relaxe pour Pierre Azelvandre. De son côté l’Inra a fait appel de la décision du tribunal administratif et réclame 170.000 euros de dommages. Selon Marion Guillou, la présidente, « les conditions de l’expertise publique se trouvent remises en cause par un acte isolé. Sans données, on ne peut pas débattre, faire vivre la démocratie scientifique. »

C’est donc l’action en justice de FNE qui vient semer le trouble dans cette affaire alors qu’Alsace Nature fait partie du comité de suivi de cet essai conduit par l’Inra. Mais Alsace Nature est adhérente de FNE ! La conclusion est bien simple : la France continue de prendre du retard dans la recherche sur les biotechnologies.

email
Commentaires
  1. Astre Noir
  2. Laurent Berthod
  3. Astre Noir
  4. Barbatruc