Charbon, emploi et planète

Terminal Charbon de Cherbourg : bon pour l’emploi, bon pour la planète

« Greenpeace se trompe de combat ». Didier Aumont, directeur du port de Cherbourg, répond aux critiques des écolos (rassemblés en un « CAC 50 » ou « Collectif Anti Charbon ») et justifie la construction d’un « terminal charbon » pour « (développer) le trafic vrac solide : « Il s’agit de faire du transbordement de charbon en provenance de Colombie et d’Afrique du Sud, à destination des centrales anglaises. L’objectif est de prendre une part de marché aux ports du Nord. »

Bon pour l’emploi

Selon Didier Aumont, ce terminal représenterait à lui tout seul un chiffre d’affaires de 10 millions d’euros. Soit presque un doublement du chiffre d’affaires du port, sans compter la possibilité « de préserver les emplois actuels et d’envisager de nouvelles embauches ». Une véritable « planche de salut » alors que le trafic transmanche subit de plein fouet la crise.

Aux écolos mécontents, Didier Aumont réplique que de toutes les façons, « les centrales thermiques anglaises existent et existeront encore plusieurs années », le but étant en l’espèce de « capter un trafic maritime ». « La pérennité de ces centrales est suffisante pour amortir l’investissement qui n’est pas très lourd. »

Bon pour la planète

Il tente de rassurer Greenpeace et Cie, toujours prompts à monter sur leurs grands chevaux : « Il n’est pas question d’installer une centrale à charbon » à Cherbourg et rappelle que « le Terminal permettrait d’améliorer la qualité du charbon et donc de réduire les émissions de CO2. » Didier Aumont insiste : « en terme environnemental, ce projet diminue même le bilan carbone, puisqu’on diminuerait le trafic des bateaux qui naviguent actuellement vers le Nord ». Et promet d’ « intégrer au mieux le terminal sur le port de Cherbourg ». Il a mis en place un site d’information très complet qui se paye même le luxe d’inviter ses lecteurs à étudier les arguments de Greenpeace ou de Robin des Bois, liens vers leurs sites à l’appui (voir en bas à droite de la page d’accueil…) !

Ce projet, conçu pour une durée de 8 ans, a les faveurs des collectivités locales et fait actuellement l’objet d’une enquête publique de la part de l’administration.

email
Commentaires
  1. Laurent Berthod
  2. villermet
  3. zygomar
  4. bas les masques
  5. Laurent
  6. valdes
  7. l'autre pierre
  8. bas les masques
  9. Laurent Berthod
  10. valdes
  11. valdes
  12. Laurent
  13. bas les masques
  14. Laurent Berthod
  15. Laurent Berthod
  16. valdes
  17. Laurent Berthod
  18. zygomar
  19. zygomar
  20. zygomar
  21. Laurent Berthod
  22. Laurent Berthod