La politique fait son miel

Dans 2 jours, l’Unaf (Union nationale des apiculteurs de France) va installer 6 ruches sur la commune de Saint Mandé (94) avec le soutien de la municipalité. Cette opération s’inscrit dans le cadre de la campagne « Abeille, sentinelle de l’environnement » initié par le syndicat apicole Unaf. L’objectif est de démontrer que les abeilles se portent mieux en ville qu’à la campagne en raison des pesticides utilisés par les agriculteurs.
En réalité, il s’agit d’une opération de communication pour assurer à ce syndicat leader de la lutte anti-pesticide une visibilité médiatique régulière. En effet, si les abeilles se portent bien en ville, c’est avant tout en raison de la très importante ressource en pollen associée à une très faible densité de ruches. Cette faible densité contribue à limiter les contagions de pathologies entre ruchers.
Mais l’installation de ce mini rucher à St Mandé a un caractère particulier. C’est la première fois qu’une collectivité locale dirigée par un élu UMP participe à cette opération de com’. Depuis le lancement du programme « Abeille, sentinelle de l’environnement », seules des collectivités de gauche (PS, PC, Radicaux) avaient soutenu l’Unaf.
Il semble que les élus UMP emboitent désormais le pas. Sans doute en raison de la dernière opération de séduction menée par l’UNAF à l’Assemblée nationale organisée avec le député vert Yves Cochet, Jean-Claude Queyranne (PS) et Martial Saddier (UMP) Ici. A cette occasion l’UNAF a lancé le comité de soutien des élus à l’abeille et à l’apiculture, un texte signé par une douzaine de députés. Bref, les collectivités gérées par l’UMP suivent le mouvement. C’est cela qui est inquiétant.
Signalons au passage une anomalie pour le moins cocasse.
Les associations antipesticides, avec lesquels l’UNAF milite,  dénoncent régulièrement des résidus de pesticides dans l’air à Paris. Ce qui n’empêche pas l’UNAF d’installer des ruches dans de nombreuses villes (dont la capitale !) car l’air y est plus respirable…
Cherchez l’erreur.

 

email