Bio : quand l’Huma pose le problème de la rentabilité !

Le journal l’humanité s’attarde sur le bio en posant une question : « le bio est-il écolo ? ».  L’interview de Stéphane Bellon, chercheur et coordinateur du programme d’agriculture biologique de l’INRA, amène à poser finalement une autre question de fond, redoutable : le bio est-il économiquement viable en France ? Pour lire l’intégralité de l’interview 

Pour certains, passer toute l’agriculture en bio créera des emplois. Passons sur les problèmes agronomiques qui ne sont pas minces. Passons également sur le sous-prolétariat alors créé (ce qui fait déjà beaucoup de « passons » !). Ainsi dans la culture de mâche où il faudra de la main d’oeuvre courbé en deux pour enlever les mauvaises herbes (ici).

Le problème posé est fondamentalement économique. Le bio crée des emplois ! Qui paiera alors les frais de surplus de personnel lié au passage en agriculture bio ? Le consommateur ? Il suffit de lui expliquer. Surtout en période de crise ! A moins que l’Etat ne subventionne massivement l’agriculture biologique. Mais alors massivement. A expliquer alors aux contribuables…

En plus des problèmes agronomiques, le poids des charges sociales en France est une des explications à l’importation de produits bio venus de pays où celles-ci sont moins importantes. Il serait pour le moins cocasse de voir l’Huma s’engager dans une vaste campagne pour demander la baisse des cotisations salariales et patronales pour favoriser le bio et les emplois français.

Question : et si les produits phytos étaient alors utiles ? Houps, keske j’raconte. c’est pas Grenelle du tout ça !

 

 

email