« On ne peut pas se passer des pesticides »

oppositionAlors que la Semaine Sans Pesticides 2009 se termine lundi prochain, le traitement de l’information diffère fortement selon les médias. Du côté du Monde, l’heure à la diffusion des argumentaires préparés par le MDRGF sur le danger des pesticides.
« Fixé par la Commission européenne, le taux de LMR est calculé de façon assez complexe pour chaque type de molécules. Pour les légumes, le dépassement de ces taux concerne essentiellement les poivrons, piments, tomates, poireaux, laitues et épinards. S’agissant des fruits, 29,7 % ne contiennent pas de résidus, mais 8,5 % ne sont pas conformes, dépassant le taux de LMR. Les plus touchés sont les fraises, les mandarines et les raisins… « Plus le temps de stockage est long, plus les produits contaminés migrent de la peau vers le fruit », explique François Veillerette, président du MDRGF. La pomme peut être contaminée jusqu’à 5 millimètres sous la peau du fruit, ajoute-t-il. »
Reconnaissons la pédagogie de l’article du quotidien du soir qui rappelle ce que sont les pesticides. « Le terme de pesticides recouvre « trois types de substances : les herbicides ou désherbants (contre les mauvaises herbes), les fongicides (contre les champignons et les moisissures) et les insecticides », indique l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (Afsset). Sous chacune de ces appellations, on retrouve des familles chimiques différentes. Les pesticides sont majoritairement employés dans les exploitations agricoles, mais aussi dans les espaces verts, les forêts, les maisons »

Autre vision avec le magazine RsikAssur Hebdo pour qui « un pesticide sert à lutter contre des organismes nuisibles présents dans les cultures et constitue un terme générique qui recouvre les insecticides, les fongicides, les herbicides et les parasiticides. Ils sont conçus pour s’attaquer respectivement aux insectes ravageurs, aux champignons, aux mauvaises herbes et aux vers parasites, autrement dit à, tout ce qui menace les récoltes. (…) La recherche agronomique travaille sur une agriculture intégrée qui utilise des techniques alternatives aux pesticides et aux engrais de synthèse qui peuvent réduire de 50% le recours aux composants chimiques, ce qui répond aux objectifs du plan d’action Ecophyto 2018. Les effets des molécules utilisés restent inconnus, ce qui rend impossible de conclure à l’absence de risques, pour rassurer les consommateurs. Par contre, si l’on veut continuer à avoir des produits agricoles dans des conditions abordables, on ne peut pas se passer des pesticides. Dans ces conditions, le fait de trouver des traces des produits phytosanitaires dans les fruits et les légumes qui ont subi des traitements est normal. »
Tout est dit.

email
Commentaires
  1. zygomar
  2. gregoire
  3. Alzine
    • aaa
      • Zygomar
  4. zygomar
  5. rageous
  6. gregoire
  7. alzine
  8. Alzine
  9. agossou
  10. agossou