People : l’idylle de Corinne et Barack

coeur2Le 10 novembre dernier, Corinne Lepage s’extasiait devant l’élection de Barack Obama, parlant d’un« formidable espoir », en particulier pour voir« l’émergence d’une véritable économie durable ». Le 19 janvier, lors de sa chronique sur France Culture, Corinne Lepage qualifiait même d’« écolo »le nouveau président américain. Et elle d’ailleurs est intarissable sur le programme « vert » de ce dernier : lancement d’une filière nationale d’énergies renouvelables, objectif fédéral de 10% d’énergies renouvelables dans l’énergie finale d’ici 2012, réduction des émissions de gaz à effet de serre de 80% d’ici 2050, amélioration de 50% de l’efficacité énergétique d’ici 2030, etc.

Corinne est donc sous le charme de Barack. Or, quand on regarde dans le détail ce programme « écolo », on se rend par exemple compte que l’éthanol fait partie de cette« véritable économie durable ». Pourtant, depuis bien longtemps, Corinne Lepage affirme que« le développement de la production d’éthanol non seulement a peu d’impact sur les émissions de CO2, voire si elle se fait à partir de la déforestation a un effet négatif, mais encore fait peser une menace incontestable sur l’amélioration de l’alimentation mondiale ».

Autre surprise : pour Obama, les biotechnologies végétales constituent un élément essentiel de cette« véritable économie durable », tant louée par Corinne Lepage. Voilà qui aurait dû mettre un bémol à tant d’admiration de la part de la présidente de l’association anti-OGM CRII-GEN ! A moins que Corinne Lepage ne soit pas informée de ce positionnement. Aurait-elle négligé la lecture d’Inf’OGM Actud’octobre 2008, publié par ses amis anti-OGM, dans lequel était retranscrit la position d’Obama sur les biotechnologies agricoles :« Les avancées dans les modifications génétiques des plantes ont apporté d’énormes bénéfices aux agriculteurs états-uniens. (…) Je crois que nous pouvons continuer à modifier les plantes en toute sécurité avec les nouvelles méthodes génétiques, encadrées par des analyses poussées des effets sur la santé et sur l’environnement et par une législation plus forte basée sur les meilleurs avis scientifiques disponibles ». L’article soulignait en outre que« Barack Obama a choisi parmi ses conseillers scientifiques Gilbert Ommen, un ancien directeur de Monsanto ».

Et ce n’est pas tout ! Corinne Lepage n’a pas relevé le fait que Michael Taylor, ancien avocat de Monsanto ait fait partie de l’équipe de transition de Barakc Obama ni que Tom Vilsack, l’actuel ministre de l’Agriculture de la nouvelle administration américaine – ardent défenseur des biotechnologies – soit soupçonné par les amis écologistes de Lepage de voyager sur un jet de Monsanto…

La présidente du Crii-gen considère peut-être ces questions comme étant mineures… à moins que l’amour rende aveugle !

email
Commentaires
  1. Patrice ALBERT
  2. pierre40