Enquête ou caricature ?

lepoint« Du poison dans nos assiettes », c’est le titre d’un dossier publié ce matin dans Le Point. Cette enquête sur les pesticides est une caricature de reportage. Tout y est : Monsanto et ses produit interdits, le cas d’un agricultuer qui crache du sang, les rivières entièrement polluées, les fruits et légumes contaminées, le bio ignorée et sous-développée, l’UIPP championne des relations presse, le lobbying au Parlement Européen sans oublier François Veillerette. Bref, un dossier pauvre sur le fond surfant sur les idées reçues. Plus encore, les journalistes Christophe Labbé et Olivia Recasens vont loin en véhiculant un puissant sentiment de peur et d’angoisse, à l’image du titre « du poison dans nos assiettes ».

Morceaux choisis :
« Chaque année en France, plus de 75 000 tonnes de fongicides, insecticides et autres herbicides sont épandus sur les champs. Ce qui fait de nous le premier utilisateur de pesticides  en Europe et le troisième au niveau mondial, derrière les Etats-Unis et le Japon. Les paysans pourraient être les premières victimes des molécules chimiques.(…) La Mutualité sociale agricole (MSA), qui sert de médecine du travail pour la profession, a attendu 2 005 pour lancer ses propres enquêtes. Résultat: un agriculteur sur six souffrirait d’effets indésirables liés à l’utilisation des ces substances chimiques. On attend pour la fin de l’année les résultats de l’enquête Agrican. Menée par la MSA auprès de 70 000 agriculteurs en Gironde et dans la Manche, elle cible le lien pesticides-cancers. «Des études montrent effectivement une légère augmentation de certaines maladies mais sans lien avéré avec nos produits. Il ne s’agit que de suspicions», rétorquent les industriels du phytosanitaire. Jean-Charles Bocquet dirige l’Union des industries de la protection des plantes (UIPP). Comprenez: le lobby des fabricants de pesticides. C’est lui que les géants comme Bayer CropScience, DuPont, Syngenta ou BASF Agro envoient au front pour rassurer les consommateurs en faisant passer les bons messages aux journalistes [NDLR : sauf à ceux du Point visiblement. Et ils ne sont pas les seuls vue l’image des firme dans les médias]. Et le patron de l’UIPP d’expliquer: «Toutes les molécules autorisées ont fait l’objet d’évaluations précises. En l’état des connaissances actuelles, utilisées correctement, elles ne présentent aucun risque pour la santé de l’agriculteur ou du consommateur.» Un discours qui ne satisfait pas François Veillerette, l’ex-président de Greenpeace France, aujourd’hui à la tête de l’association écologiste MDRGF et administrateur du réseau PAN Europe, un groupement d’ONG spécialisées dans la traque aux pesticides. [NDLR : rien que ça. voir ici le portrait de François Veillerette] (…) Au rayon légumes, poivrons, piments, melons, tomates, poireaux, laitues, épinards et céleris branches occupent les premières places, avec pour ces derniers 4 2% d’échantillons au-dessus des LMR! Selon l’UIPP, ces dépassements «n’entraînent pas de problème pour la santé humaine, compte tenu des marges de sécurité qui sont prises pour rester en deçà des seuils toxicologiques». Il n’empêche. 80% des Français se disent inquiets des effets des pesticides  sur leur santé (2). Vous pensez qu’il suffit de bien laver et peler les fruits et légumes pour être débarrassé de ces molécules chimiques? Faux: certaines substances peuvent migrer à l’intérieur, jusqu’à 8 millimètres de profondeur. «Les producteurs de jus d’orange savent que plus ils tardent pour presser leurs fruits, plus les fongicides s’enfoncent dans la pulpe. C’est d’ailleurs pour tenir compte de cette migration que les labos agréés analysent l’orange, peau comprise, puis divisent par dix le résultat trouvé», précise François Veillerette. (…) Les industriels ont rallié sous leur bannière les agriculteurs et tous se battent afin que l’Europe mette de l’eau dans son vin: envoi de pétitions à Bruxelles qui annoncent l’Apocalypse pour l’agriculture française, réunions d’information à l’Assemblée afin de sensibiliser les députés avec comme argument massue la perte de 500 000 emplois dans le secteur agricole. Au ministère de l’Agriculture, une commission d’une cinquantaine de membres s’active pour faire remonter à Bruxelles les doléances des producteurs. Un lobbying plutôt efficace puisque les eurodéputés ont déjà promis de revoir leur copie. (…) Suffit-il d’acheter bio pour échapper aux pesticides? Non: au moment des grands épandages, des nuages «pesticidés» se forment dans l’atmosphère et attendent la pluie pour nous tomber dessus. (…) Au printemps, les Parisiens ont ainsi sans le savoir une trentaine de pesticides qui flottent au-dessus de leur tête… »

Incroyable…

Pour information lire aussi l’article « Tromperie sur le bio »

email
Commentaires
  1. zygomar
  2. Claude BESNARD
  3. zygomar
  4. zygomar
  5. zygomar
  6. Ray Visionnisme
  7. Laurent
  8. Ray Visionnisme
  9. Ray Visionnisme
  10. Laurent
  11. Ray Visionnisme
  12. ecolo en colère
  13. Ray Visionnisme
  14. Laurent
  15. zygomar
  16. rageous