Laure Noualhat et la transparence

 

Dans son dernier numéro, Valeurs Actuelles publie une tribune de Bernard Carayon, député (UMP) du Tarn et président de la Fondation Prometheus. Cette dernière publie chaque année le baromètre de la transparence des ONG (voir ici).

Visiblement, cette initiative n’est pas du goût de tout le monde :

« La Croix-Rouge et Médecins du monde obtiennent d’excellentes notes (respectivement 9 et 10/10), à la différence de France Nature Environnement (1/10), de la Criirad (1/10), d’Objectif 21 de Corinne Lepage (0/10), d’Attac (4/10) ou de la France Libertés de Danielle Mietterand (4/10). Loin d’être « dangereux », comme le prétend une « ONGiste » de Libération (Laure Noualhat dans « ONG : un dangereux baromètre » sur son blog Six pieds sous Terre), ce baromètre est un outil éthique et démocratique : les citoyens, grâce à Internet, doivent être en mesure d’adhérer à ces ONG en toute confiance et de savoir par exemple, que Greenpeace, dont la moitié du conseil d’administration nomme la seconde moitié, « n’appartient pas à ses adhérents », comme le souligne cyniquement son directeur général (L’Expansion, février 2009). »

La polémique entre Laure Noualhat et Bernard Carayon est elle… transparente.

email
Commentaires
  1. ...
  2. tybert
  3. ...
  4. rageous
  5. ...
  6. Daniel
  7. tybert
  8. ...
  9. Bruno
  10. rageous
  11. ...
  12. rageous
  13. Laure
  14. Bruno
  15. ...