Gare au refroidissement climatique !

Nous avons l’habitude qu’à chaque saute d’humeur météorologique – inondation, tempête, canicule, hiver doux, etc. – l’on nous assène qu’il s’agit de nouvelles confirmations du réchauffement global. Evidemment, ces derniers jours de neige et de froid glacial dans nos contrées n’incitent pas à ce genre de commentaires. Toutefois, on pourrait légitimement s’interroger sur la possibilité que cet hiver froid soit le signe annonciateur d’un… refroidissement climatique. Après tout, pourquoi pas ? En effet, dans les années 70, certains médias s’inquiétaient davantage de la baisse du mercure que des températures clémentes. Ainsi, le magazine américain Newsweek  publiait le 28 avril 1975 un article intitulé « The cooling world » – Le monde se refroidit – dans lequel il est affirmé : « Des signes inquiétants montrent que les tendances météorologiques de la Terre ont commencé à changer brutalement et que ces changements présagent une diminution catastrophique de la production alimentaire, avec de graves implications politiques pour toutes les nations de la planète. » Il est précisé que cooling-graphique« les preuves de ces prédictions commencent à s’accumuler massivement » et que « le fait crucial est qu’après trois quart de siècle de conditions extraordinairement douces, le climat de la terre semble se refroidir. Les météorologistes ne sont pas d’accord sur la cause et la rapidité du refroidissement (…) mais ils ont presque unanimes sur le fait que cette tendance va réduire la production agricole pour le reste du siècle. Si le changement climatique est aussi profond que certains pessimistes le craignent, les famines qui en résulteraient pourraient être catastrophiques. » Pour conforter cette thèse, l’article s’appuie sur l’autorité de la National Oceanic and Atmospheric Administration, montrant un graphique de températures pour le moins éloquent (voir ci-contre). Dans la même veine, le 31 janvier 1977, la une de la revue américaine Time faisait froid dans le dos en titrant « The Big Freeze » – Le grand gel (voir ci-contre).
Les Etats-Unis connaissaient en effet des records de froid, l’article expliquant que « c’était comme vivre dans l’Arctique ». Il était également rappelé que, l’année auparavant,big-freeze-time trois scientifiques (James Hays de Columbia, John Imbrie de la Brown University et Nicholas Shackleton de Cambridge) avaient « publié les preuves les plus concluantes » selon lesquelles on se dirigerait vers un nouvel âge glaciaire. Selon le magazine, « ces scientifiques concluent que la tendance sur les 20.000 prochaines années sera à un climat global plus froid et à la progression des glaciers dans l’hémisphère Nord – un nouvel Age de Glace ».
Alors, tous à vos doudounes !

email
Commentaires
  1. Invité
  2. yves
  3. ingrassia j
  4. ceea