Belpomme et les centenaires

Dans son édition du 1er décembre 2008, le journal La Provence rapportait les propos du professeur Dominique Belpomme qu’il a tenus lors d’une conférence concernant l’espérance de vie.

 « [L’espérance de vie] va baisser pour les générations futures. Les centenaires d’aujourd’hui sont nés avant la guerre, ils n’ont pas connu la pollution. » Ce type d’inepties est, hélas, assez fréquent du côté des annonceurs de l’Apocalypse. Par exemple, François Veillerette, Monsieur Antipesticides et compère du Pr Belpomme, déclarait dans le film Nos enfants nous accuseront : « Ces statistiques [de l’espérance de vie] sont faites sur des études de parcours de personnes qui sont nées dans les années 1920-1930 et qui, pendant leur vingt premières années, n’ont pas connu l’exposition aux produits chimiques de synthèse, ni d’ailleurs aux radiations ionisantes, ni à tout un tas d’autres trucs, pratiquement, ni une alimentation raffinée. »

Ah, le bon vieux temps ! Seul problème, une étude récente réfute catégoriquement cela. A partir de carottes de glace prélevées au Groenland, une équipe de chercheurs américains du Desert Research Institute (DRI) de Reno ont réussi à reconstituer des taux de la pollution due aux activités industrielles de 1772 à 2003, en particulier la pollution aux métaux lourds (thallium, cadmium et plomb) due à la combustion du charbon. Comme l’explique cette étude, « en l’absence de mesures détaillées à long terme, les écologistes, les chercheurs en santé et les responsables politiques ont en général considéré que la contamination était plus élevée dans les années 60 et 70, au moment du pic de l’activité industrielle en Europe et en Amérique du Nord ». Surprise : les scientifiques ont constaté que ces polluants étaient présents à des taux deux à cinq fois plus élevés au début du XXe siècle qu’aujourd’hui. Ainsi, Joe McConnell, directeur du DRI, précise qu’« il s’est avéré que la pollution au sud du Groenland était plus élevée il y a cent ans, quand les économies européennes et nord-américaines fonctionnaient avec le charbon, avant l’apparition de technologies de combustion du charbon plus propres et plus efficaces ainsi qu’avant le passage aux économies reposant sur le gaz et le pétrole ».

Eh oui, Pr Belpomme, les centenaires d’aujourd’hui ont vécu dans un environnement plus pollué que le nôtre…

Source : l’étude en anglais « Coal Burning Leaves Toxic Heavy Metal Legacy in the Arctic » peut être téléchargée ici.

email
Commentaires
  1. Laurent
  2. Cultilandes
  3. zygomar
  4. Zygomar (Le faux !)
  5. Cultilandes
  6. zygomar
  7. testconf
  8. Laurent
  9. zygomar
  10. rageous